Ghost Wars : que vaut la première saison ?

Série Écrit par le

Diffusé sur Syfy l’année dernière et disponible sur Netflix depuis le début du mois, que vaut la première saison de la série Ghost Wars ?

Dans la paisible ville de Port Moore, aux États-Unis vit une petite communauté tout ce qu’il y a de plus banal à une exception près : Roman Mercer. Ce jeune homme d’une trentaine d’années à la faculté de communiquer avec les morts. Et ce don lui cause bien des soucis au sein du village. Considéré comme un monstre aux yeux des vivants, Roman va cependant s’avérer être le seul espoir de la ville lorsque ses défunts vont revenir avec la ferme intention de tous les tuer. Et alors que la ville va rapidement perdre la tête, Roman devra trouver ce qui a causé le retour des morts tout en tentant de sauver tout le monde, mais surtout lui même, l’enfant maudit du village.

Image du Père Dan le premier épisode de Ghost Wars de SyfyImage de Roman Mercer dans le premier épisode de Ghost Wars de Syfy

Une série violente, psychologique et intelligente

Si le pitch de la série et son titre semble simpliste et tout droit sortie des productions des années 50 avec leur titre sensationnaliste, il n’en est pourtant rien, car bien que la série ne nous dévoile pas réellement une guerre contre des fantômes, elle s’insère dans la droite lignée de Lost les disparus ou encore Fringe avec sa violence, son aspect psychologique et paranormal, mais surtout pas l’intelligence de ses scénarios. Car alors qu’il aurait été aisé de faire une série qui montre une invasion paranormale classique comme Poltergeist ou encore The Fog de John Carpenter, le scénario de la série est bien plus complexe que ça et l’ensemble des épisodes nous font théoriser sur ce qu’il se passe réellement.

Attention toutefois, tel Fringe, les épisodes de la série ne sont pas faits pour les âmes sensibles. Certaines sont violentes, à la limite du gore et les scénaristes n’hésitent pas à devenir irrévérencieux, blasphémant la religion afin de servir l’histoire. Tant d’élément qui ne passe pas auprès de tout le monde.

Une fin de saison trop rapide

Au bout des treize épisodes qui composent cette première saison, un sentiment de frustration risque de s’abattre sur les théoriciens qui ont passé l’entièreté de la série à tenter de comprendre ce qu’il se passe. Car au bout de onze épisodes d’intense réflexion, de scène violente et psychologique, la fin approche et tout s’enchaîne à une vitesse folle, bâclant les intrigues et finissant brutalement l’intrigue de cette première saison. Une fin frustrante qui donne la sensation d’avoir été bâclé malgré tout le travail accompli.

Autre point important à prendre en compte, la série n’est pas une série d’actions et mise tout sur son ambiance, lente, pesante et oppressante digne d’un film d’horreur et qui dénote de ce qui se fait actuellement et qui cartonne.

Image du Shériff dans le premier épisode de Ghost WarsImage de Doug dans le premier épisode de Ghost Wars de Syfy

Une série à l’audience fidèle

Créer par Simon Barry, le créateur des séries Continuum et Van Helsing, l’audience de la série tournait aux alentours de 510.000 spectateurs pour les deux premiers épisodes avant de descendre à 350.000 jusqu’au dernier épisode de la saison. Audience fidèle donc, mais la critique n’a toutefois pas été tendre avec la nouvelle série de Syfy déclarant que « l’ensemble est peu captivant et le résultat final relativement anecdotique » sur Critictoo tandis que Rotten Tomatoes lui a attribué un score d’audience de 76% et Metacritic un score de 5,5 sur 10.

Faut-il regarder Ghost Wars ?

Concrètement oui. La série Ghost Wars bien que possédant une promotion complètement inexistante en France qui l’a fait passer inaperçu ne demande qu’à être découverte. Ne serait-ce que pour la surprise de découvrir son histoire et plonger dans les méandres de Port Moore. Un retour vers les intrigues de Lost et Fringe qui fait vraiment plaisir.

Ghost Wars - Trailer de la saison 1


Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis


Notre sélection d’achats pour vous

Commentaires

Facebook

Disqus

comments powered by Disqus