Seconde Humanité : critique du roman d’Adrien Mangold

Romans Écrit par le

Premier roman de l'auteur français Adrien Mangold, que vaut le récit de science-fiction Seconde Humanité ?

Publié aux éditions HSN (L’Homme Sans Nom), le roman de science-fiction Seconde Humanité d’Adrien Mangold dépeint le monde après une catastrophe naturelle qui a dévasté l’entièreté de notre planète. Un évènement intitulé Le Grand Bleu et consistant à la montée des océans. De cette catastrophe est née la Seconde Humanité. Mais un siècle après la reconstruction du monde, une pandémie éclate et l'apocalypse frappe à nouveau le monde. Le destin de l'humanité se retrouve entre les mains d'un chercheur, d'un soldat et d'une fillette.

“L'humanité aura-t-elle une troisième chance ?”

Après une plongée rapide dans un monde en paix, harmonieux et plein de joie, reconstruit suite à la grande catastrophe, Adrien Mangold immergera le lecteur dans une affreuse pandémie inarrêtable et destructrice et captivera dès les premières pages. Nous entraînant dans un monde construit, à la fois d'une grande richesse et arborant la froideur d'un futur vers lequel on tend à se rendre.

L'auteur réussit avec son premier roman à déclencher toute une palette d'émotion au lecteur en le faisant passer de l'émerveillement à l'horreur et du rire aux larmes en quelques pages seulement démontrant un savoir-faire indéniable en tant qu'écrivain.

Il était une fois un siège que le ciel imposa à la Lune, fort d’une armée de nuages qui n’en finissait pas de croître. Lointaines étaient ces vapeurs d’eau qui en haut lieu se découvraient un blanc de nacre. Elles avaient cédé leur place à des émanations aux provenances incertaines, aussi sombres que le fond des abysses. Par tous les moyens, celles-ci s’acharnaient à ce que jamais plus l’éclat du satellite ne resplendisse à travers elle.

Et l'une des grandes forces du roman, c'est l'enchevêtrement des histoires qui se déroule sous nos yeux et la puissance de ses personnages. L'auteur nous rappelle que les événements accomplis par le passé peuvent avoir des conséquences aussi bien néfaste que positive sur le futur. Attachant, les personnages sauront trouver grâce aux yeux des lecteurs qui suivront assidûment l'histoire de César Sefria, le personnage principal du livre, mais également des autres personnages dont je ne parlerais pas sans spoiler l'une des forces du livre.

Car oui, il est difficile de ne pas spoiler Seconde Humanité. Parce que les forces du livre ne sont pas uniquement sa palette d'émotion que réussit à faire remonter chez le lecteur Adrien Mangold, ses personnages attachants et héroïque ou l'ensemble des histoires qui s'imbriquent les unes aux autres mais le fait que chaque événement que l'on lit est réellement important. Il n'y a pas de superflus dans le roman. Juste ce qu'il faut où il faut pour plonger le lecteur dans un monde certes futuriste mais pas forcément éloigné du nôtre.

En somme, Seconde Humanité est un grand roman de science-fiction qui devrait ravir les novices dans ce domaine aussi bien que les puristes.

Je combats les Octavians depuis des années, depuis bien avant que la guerre n’éclate, depuis bien avant même que je ne connaisse leur nom. Je dirais en fait, avec le recul, que ma carrière se résume à une lutte sans fin contre eux. Je n’avais jamais eu l’occasion d’apprendre à les connaître, de savoir ce qui les poussait à agir. Aujourd’hui seulement, je trouve un sens à leurs revendications, et plus j’en apprends sur leurs raisons de nous combattre, plus j’éprouve de respect envers leur cause.


Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis


Notre sélection d’achats pour vous

Commentaires

Facebook

Disqus

comments powered by Disqus