Pause Geek
Pirates of the Caribbean : Dead Men tell no Tales
Pirates of the Caribbean : Dead Men tell no Tales
Durée : 0:31
Editeur : Walt Disney Pictures
Trailer

Blair Witch : la relève du film de 1999 ?

Film Écrit par le

Partager sur

Nous avons été voir le nouveau Blair Witch, il y a quelques jours, et voici notre critique !
Attention : Risque de spoiler

Tout d’abord, ce nouveau film rend parfaitement hommage au précédent (le Projet Blair Witch, de 1999) et respecte ses codes, puisque tout est filmé en caméras amateurs, directement par les acteurs/personnages de l’histoire. L’avantage est que, cette fois, la qualité du film est vraiment meilleure (la technologie aidant) et donc les images sont vraiment plus agréables à regarder (l’air de rien cela aide). Le seul défaut à noter, est peut-être la multitude de caméras utilisées. En effet, l’héroïne, Lisa Arlington -étant visiblement bien équipée pour ses études de cinéma- filme avec une caméra qu’elle porte à la main, un drone, et même une caméra qu’elle pose sur un arbre pour filmer le campement pendant la nuit. Mais en plus, chacun de ses amis a une caméra portative fixée à leur oreille, et Lane, celui qui les accompagne a, lui aussi, un caméscope qu’il utilise en permanence. Aussi, le point de vue change en permanence, et, si cela peut être intéressant de voir les scènes « vues » par chaque personnage, certains changements trop rapides de points de vue peuvent être un peu déroutants. De plus, cela enlève au « réalisme », car le film est censé être le contenu unique de l’enregistrement de la caméra de Lisa. Et il n’est nullement spécifié que l’on ait retrouvé les caméras des autres, encore moins en assez bon état pour en retrouver le contenu. Or, le film est clairement un montage des enregistrements de chacun, donc pas seulement l’enregistrement trouvé après la disparition de cette bande d’amis.

Lisa Arlington, Blair Witch

Ensuite, passons à l’intrigue. Celle-ci suit fidèlement le premier film, et reste intéressante -bien que prévisible- et cohérente. L’ajout des deux habitants de Burkittsville qui les accompagne est plutôt une bonne chose, puisque leur côté « étrange » laisse un certain doute sur les premiers évènements qui frappent Lisa et ses amis (c’est même eux qui avouent avoir mis en place les premières figurines en bois). Cependant, la suite de l’histoire contient, à notre avis, quelques petits détails désagréables. Premièrement, le fait qu’Ashley soit infectée par un espèce de ver étrange est plutôt incohérent, puisqu’une simple blessure aurait fait l’affaire. En effet, cela lui donne simplement une infection, mais n’a aucun autre intérêt dans le film en général. On croirait qu’il s’agit simplement de rajouter de l’horreur. De plus, le fait que la nuit devienne « permanente » est un peu dérangeant. En effet, dans le premier film, il n’a jamais été question que l’esprit de la sorcière ait une telle « puissance », au point de pouvoir contrôler la météo. Aussi, comme nous savons que, de toute façon, les protagonistes ne pourront jamais sortir de la forêt, il aurait suffi aux réalisateurs de mettre une courte scène de « journée », avant de filmer la dernière et ultime scène de nuit. La cohérence du film n’aurait pas été perturbée par cela, et la chronologie aurait été la même. De la même manière, le fait qu’une seule après-midi se soit passée pour Lisa et ses amis, alors que 5 jours se sont écoulés pour Lane et Talia est assez étrange, et pas franchement nécessaire. Le résultat aurait été le même sans ce détail, et on n’aurait pas eu à se poser de nouvelles questions sur l’étendue des pouvoirs de cet esprit. Mais bon. De plus, il est étrange que, une fois dans la maison, le jeune Lane soit le seul qui n’ait, visiblement, pas été touché par la sorcière. Il est seulement devenu fou, mais n’a pas été tué ni blessé, ce qui est assez étrange, surtout qu’il n’a jamais été question d’aucun lien entre lui et Elly Kedward.

Blair Witch, 2016

L’autre problème du film est sans doute le côté un peu « gore » de ce long-métrage. Dans ce Blair Witch, tout est montré à l’écran, voire détaillé, et c’est un peu surprenant par rapport à la saga. En effet, dans le Projet Blair Witch, rien n’est représenté. La peur se concentre sur des bruits, des cris, des mouvements, et l’angoisse propre des personnages. C’est d’ailleurs en cela que ce film diffère des autres, et se démarque clairement. Dans ce nouvel opus, il y a des éléments sanglants, voire un peu glauque, et le monstre (puisque ce n’est pas vraiment un fantôme en soi) est carrément mis en scène à la fin. Déception ? Non, mais c’est simplement étonnant, dans cette « saga ». Le seul petit « problème » vient peut-être de la représentation directe du « monstre ». Montrer des morts, du gore, passe encore (bien que cela soit discutable pour un film « d’épouvante »), mais la sorcière aurait peut-être dû rester un secret aux yeux du public. Cela n’aurait rien enlevé au film, mais cela aurait pu sans doute nous laisser encore plus terrorisés sur notre siège de cinéma. Puisque, disons-le sans fard, ce qui n’est pas montré est toujours plus effrayant que ce que l’on voit.

James Allen Mc Cune, Blair Witch

Néanmoins, si nous lui trouvons quelques défauts, ne pensez pas que nous n’avons pas apprécié le film. Blair Witch est un excellent film d’épouvante, très bien rythmé et qui nous entraîne dans son univers du début à la fin. Si certains points sont à discuter, l’angoisse est vraiment présente dans le film, et, honnêtement, il risque de devenir un « classique » du genre, tout autant que son prédécesseur (si ce n’est plus !). Le visuel est réaliste du début à la fin, les images sont excellentes, les personnages totalement cohérents, l’ambiance effrayante, et le tout donne l’un des meilleurs films d’épouvante que nous n’ayons jamais vus. En plus, les hommages au Projet Blair Witch se fondent parfaitement dans l’intrigue, et ne font qu’ajouter à un film déjà très bon, en remémorant des souvenirs aux fans de la première heure.

Casting de Blair Witch, 2016

En bref, nous vous conseillons vivement d’aller voir Blair Witch. Mais nous vous avons prévenu : vous risquez de connaître l’une des plus grandes frayeurs de votre vie !

 

 


19/20
Les Plus
  • Un très bon rythme, et une intrigue bien ficelée et cohérente.
  • Entièrement filmé en caméra amateur, comme le premier, et donc plutôt réaliste !
  • Angoissant. Effrayant. Terrifiant.
Les moins
  • Un peu trop de gore/horreur pour un film d'épouvante.
  • Certaines incohérences de script, ou du moins des éléments peu logiques.
  • Une représentation directe de la sorcière : une descente dans l'angoisse ?
Un excellent film d'épouvante, et un très bel hommage au Projet Blair Witch. Si certains détails de l'intrigue sont discutables, l'ensemble est vraiment très bon et cohérent. Un chef d'oeuvre de l'horreur. A voir, et à revoir !
Camille
 

Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis


Commentaires
comments powered by Disqus
Suivez-nous sur
  • Facebook: PauseGeek.fr
  • Twitter: PauseGeek
  • Google+: +PauseGeekfr
  • YouTube: ThePauseGeek
Autre article de la catégorie
Chris Pine et Zachary Quinto signent pour Star Trek 14

Chris Pine et Zachary Quinto signent pour Star Trek 14

Ecrit par Greg, le 02/07/2015 à 09:14

La Paramount, souhaitant conserver Chris Pine et Zachary Quinto pour un autre film Star Trek, leur a fait signer un contrat pour le quatorzième film de la saga. Alors qu'ils sont actuellement en plein tournage du treizième film de la...
lire la suite
Film

Les dernières fiches ajoutée
RockinghamNerf Herder IVAmerican CheeseMy E.P.How to Meet GirlsNerf HerderPreyShiness : The Lightning KingdomStarblood ArenaLittle NightmaresWarhammer 40,000 : Dawn of War IIIDragon Quest Heroes II Outlast 2Persona 5Injustice 2

Les dernières critiques
Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 : à la hauteur du premier ?

Écrit par Mickaël

le 04/05/2017 à 22:19

Prey : critique de la première heure de jeu

Écrit par Greg

le 04/05/2017 à 10:21

Geek Touch / Japan Touch Haru 2017

Écrit par Gillian

le 29/04/2017 à 18:50

Les derniers évènement
Worldcon 75

Conventions

le 09/08/2017

Les Intergalactiques : Imperium

Conventions

le 21/04/2017

Les sorties de la semaine
icons