Death House : le expendables des films d’horreur révèle son casting

Film Écrit par le

En 2017 sortira au cinéma Death House, un film d’horreur qui à la manière d’un Expendables fera apparaître dans le même film bon nombre d’icônes du film d’horreur.

Depuis six ans maintenant et la sortie du tout premier film Expendables, les fans de film d’horreur attendent impatiemment le même type de film, mais avec des icônes du cinéma d’horreur tel que Robert Englund ou encore Ken Hodder. Et le réalisateur B. Harrison Smith, aidé du regretté Gunnar Hansen, l'interprète de Leatherface, s’apprête à commencer le tournage du film Death House, qui réunira une pléiade d’acteurs du cinéma d’horreur.

Robert Englund, le célèbre interprète de Freddy Krueger, Ken Hodder (Jason Voorheese), Doug Bradley qui incarnait Pinhead dans les films à succès Hellraiser, Bill Moseley (La maison des 1000 morts, Massacre à la tronçonneuse 2), Michael Berryman (La colline à des Yeux version Wes Craven), Dee Wallace (Cujo, Hurlement), Danny Trejo que l’on ne présente plus, Barbara Crampton (Re-Animator, You're Next), Ken Foree (Zombie, L’armée des morts), Don Shanks (Halloween 5) et Camille Keaton qui jouait dans le film I Spit on Your Grave de 1978 seront tous présent dans le film de B. Harrison Smith qui devrait théoriquement sortir en 2017.

L’histoire ?

La maison de la mort est la zone 51 du Mal... Une installation gouvernementale souterraine qui protège l’humanité du pire sur neuf niveaux. L’Enfer, neuvième niveau de Dante, détient les cinq maux... les « étoiles noires » de la maison. Ces individus sont si odieux qu’ils ne pourront jamais remarcher parmi la société à nouveau.

Les agents Toria Boon et Jae Novak ont leur propre passé sombre. En arrivant à Death House pour visiter ses niveaux et observer ses habitants de première main ainsi que les expériences médicales et mentales des Drs. Eileen Fletcher et Karen Redman, leurs expériences dépravées leur rappellent les médecins nazis de la Seconde Guerre mondiale.

Les cellules de prison sont des ponts en réalité holo virtuels qui recréent l’environnement des prisonniers avant leur incarcération. Un gaz hallucinogène spéciale maintient les détenus sous contrôle. Leurs victimes ? Des sans-abri, transportés par autobus dans la maison de la mort pour jouer littéralement les victimes tandis que les habitudes des tueurs sont étudiées. Les résultats sont malades, mais c’est seulement un soupçon de ce qui se passe réellement ici.

L’Enfer éclate littéralement lorsqu’un dispositif d’EMP explose, coupant l’électricité, les communications et... libérant tous les prisonniers. Boon, Novak, et Fletcher sont pris dans une course contre la montre tandis des hordes de prisonniers dirigés par Sieg, occultiste néo-nazi les traquent sans relâche.

La lutte de Boon et Novak à travers Death House se transforme en une maison d’horreurs ; leur seul espoir d’évasion est une descente aux Enfers afin de demander l’aide des cinq maux. Les événements aboutissent à une impasse violente, face-à-face avec le mal absolu... juste pour découvrir qu’ils ont voyagé dans un trou de lapin et à travers un miroir. Le noir est blanc et le blanc est noir et les définitions du bien et du mal ne sont plus applicables.

Qui sont les monstres ? Qui va s’échapper ?

Avec un synopsis pareil et son casting en or, j’attends avec impatience les premières images du film en espérant que celui-ci sortira dans notre pays peu de temps après sa sortie au cinéma aux États-Unis.


Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis


Commentaires

Facebook

Disqus

comments powered by Disqus