Les frères Duffer parlent du finale de Stranger Things et de la saison 2

Série Écrit par le 9 min

Après une première saison aux petits oignons sur Netflix, la série post-eighties Stranger Things pas encore reconduite pour une seconde saison, se dévoile un peu plus grâce à l'interview des Frères Duffer, les deux créateurs du show.

Attention : Risque de spoiler

Découverte sur Netflix le 15 juillet dernier lors de sa mise en ligne, Stranger Things est une série TV mélangeant fantastique et paranormale qui sent bon les années 80. En effet, les frères Duffer ont placé dans leurs séries tout un tas de référence à des films comme E.T., The Thing de John Carpenter dont même les musiques sentent l’influence du réalisateur, de Steven Spielberg, des Gremlins ou encore des Goonies, cette série est un incontournable qui s’est conclu sur une note positive, mais ouverte à une suite.

Et c’est lors d’une interview avec le site Variety que les créateurs de la série Matt et Ross Duffer se sont exprimé au sujet des questions sans réponses de la saison 1, mais également de l’éventuelle saison 2 que Netflix n’a pas encore renouvelée. Qu’est-il arrivé à Onze après son affrontement contre le monstre de l’univers inversé ? Le Shériff Hopper sait-il où elle se trouve ? Et maintenant que Mike, Lucas, Dustin et Will sont confrontés à de vrais monstres, prendront-ils toujours autant de plaisir à jouer à Donjons et Dragons ?

Lors de cette interview, on apprend que les créateurs de la série ont intentionnellement laissé de grandes zones d’ombres autour du personnage de Onze pour ne pas tout révéler tout d’un coup en montrant des scientifiques autour d’une table et tout dévoilé. Les showrunners ont en effet inclu des zones d’ombres autour du personnage, mais révèlent que sa mère aurait été d’accord avec les tests que le gouvernement a effectués sur elle.

Concernant l’univers inversé qui est au cœur de l’intrigue en plus du sort de Will Byers, les frères Duffer souhaitent faire durer l’intrigue sur plusieurs saisons et ne possèdent qu’un carnet de 30 pages résumant de façon détaillée toutes les recherches et idées qu’ils pouvaient avoir en incluant les origines du monstre qu’affrontent les protagonistes de cette première saison. Cet univers étendu appeler Upside Down en anglais est construit initialement comme une histoire d’horreur surnaturelle avant de finalement penchée vers le côté mythologique qui sert aux enfants de la série à théoriser sur celui-ci en y incluant ce qu’ils savent grâce à Donjons et Dragons, mais aussi Mr Clarke, leur prof de science. La référence utilisée par les créateurs pour créer cet univers était le génial et dérangeant Clive Barker qui est le créateur de Cabal ou de la saga Hellraiser. Si Netflix renouvelle la série pour une saison 2, la quasi-totalité des idées inclus dans ce recueil de 30 pages seront révélée, mais les showrunners précisent que trente autres pages seraient créées pour une saison supplémentaire.



Concernant le rapport entre Onze et le shérif Hopper, les showrunners ne veulent rien dévoiler de plus que ce qui est montré.

Il est évident que quelque chose lui est arrivé [à Onze, ndlr] quand elle a détruit et tué ce monstre et nous ne savons pas ce qui lui arrive. Hopper est laissé avec cette culpabilité parce qu’il l’a laissé. Nous voulions laisser une sorte de mystère sur ce qu’il sait exactement... L’à-t-il vu dans les bois ou est-il là espérant qu’elle y est ou a-t-il déjà pris contact avec Onze ? Nous ne répondrons pas à tout cela, mais nous aimons l’idée qu’elle et potentiellement Hopper soient de nouveau réunis.

Gros cliffhangers autour du dernier épisode, le retour de Will à la fin de la saison 1 et sa vision sur l’Upside Down, les frères Duffer déclarent qu’ils aiment « l’idée que [l’Univers inversé, ndlr] est un environnement qui ne soit pas idéal pour un être humain qui y resterait une semaine entière, et qui aurait une sorte d’effet sur ??lui, à la fois émotionnellement et peut-être physique. » Ils annoncent que cette vision de Will serait l’intrigue de la saison 2 de Stranger Things si Netflix la renouvelle (ce qui devrait être le cas).

Triste pour le personnage de Barbara dans la saison 1, le journaliste de Variety demande aux frères Duffer ce qui les a motivés à faire mourir le personnage. Et l’influence directe qu’ils évoquent c’est la révolution télévisuelle que George R.R. Martin et HBO ont créée en faisant Game of Thrones. Ils déclarent que dans la saison 2 tous les personnages, enfants inclus, seront en danger et que tout pourra arriver. « Nous l’avons fait cette saison avec Barb, mais je veux continuer à amplifier cette menace », déclare Matt Duffer.

La créature de cette saison 1 est conçue par l’artiste Aaron Sims en utilisant les bonnes vieilles techniques d’antan en mettant un acteur dans un costume et en utilisant de l’animatronique. Après moult discussions avec cet artiste, il revient que les créatures qui leurs faisaient le plus peurs était celle humanoïde de HR Giger, Guillermo Del Toro ou encore celle de Clive Barker. Aidé par Spectral Motion, connu notamment pour avoir fait les monstres de Del Toro, et de leurs ingénieurs robotique, le monstre a été conçu principalement en animatronique même la bouche, qu’ils avaient surnommé « pétale » en rapport avec la façon dont il ouvre la bouche telle une fleur qui s’ouvre au petit matin. Lorsque le comédien et l’animatronique ne suffisaient pas à faire ce que les frères Duffer voulaient, Aaron Sims utilisait sa boîte de VFX pour faire par ordinateur ce que la mécanique ne pouvait réaliser. Utilisé ce mélange de technique permettait aux acteurs de ne pas jouer devant un bloc de mousse peint en vert ou en bleu et d’être plus immergé et donc d’avoir un jeu plus réaliste.

Concernant l’Upside Down, les créateurs citent Silent Hill et Alien pour l’esthétique donnée à l’univers inversé. Ross Duffer déclare « nous voulions que ce soit comme une ombre sombre de notre monde. À quoi ressemblerait notre monde si il était entouré par une ombre maléfique ?».


Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis


Notre sélection d’achats pour vous

Commentaires

Facebook

Disqus

comments powered by Disqus