L'Exocomp

L'exocomp est un petit robot conçu pour mener à bien des tâches dans des espaces confinés inaccessibles ou dangereux pour des êtres vivants. Mais, lorsqu'il se met à faire preuve d'intelligence, de nouveaux problèmes moraux surgissent.

Origine

Mis au point par le Dr Farallon de Tyrus VIIA en tant qu'outil destiné à résoudre des problèmes de mécanique et d'ingénierie, l'exocomp se déplace, grâce à sa taille réduite, aisément et rapidement à travers les tunnels d'accès, les tubes de Jefferies, les puits de turbolift et dans d'autres secteurs où il serait malaisé ou périlleux que des humanoïdes travaillent.

Avantages

Les avantages de l'exocomp sont mis en évidence par la faculté qu'il a de pénétrer dans un étroit corridor d'accès pour aller réparer une grille d'alimentation défectueuse d'une autre invention de Farallon, la fontaine de particules employée dans les mines de Tyrus VIIA - ce dispositif, appelé à révolutionner les opérations minières, rencontre quelques problèmes d'émission de flux.

Avant même son arrivée sur le site d'intervention, l'exocomp détecte, évalue et corrige le problème en créant et en dupliquant l'outil le mieux adapté à la tâche à accomplir.

Lorsqu'un exocomp a achevé sa mission, il regagne le point d'entrée, dématérialise l'outil, puis enregistre le problème et la solution à titre de référence pour l'avenir. Du fait de leur connaissance approfondie des systèmes du vaisseau, les exocomps sont capables d'inventer des solutions à des problèmes pour lesquels il n'en existait pas jusqu'alors.

Tout comme les ingénieurs humains, ils savent tirer parti de leurs expériences. Une fois qu'un problème a trouvé sa solution, le même type de réparation sera effectué plus rapidement si une difficulté identique se présente derechef.

Caractéristiques techniques

Les exocomps sont évolutifs.

Ces robots font environ 50cm de heut et autant de large; assez légers pour être portés, ils sont équipés de deux pieds mais sont aussi dotés de la faculté de vol horizontal, vertical ou stationnaire - pour accéder à des panneaux de commande situés à plusieurs mètres de hauteur, par exemple.

Les exocomps reçoivent leurs instructions par le biais d'un PADD spécial pourvu de circuits à interface isolinéaire.

L'appareil lui-même est basé sur un servomécanisme industriel d'usage courant sur la planète du Docteur Farallon, mais il a bénéficié de multiples modifications et améliorations. Farallon a notamment ajouté un convertisseur de puissance au boridium, un réseau de puces axioniques et un microréplicateur.

Ce dernier élément sert à créer des outils au gré des besoins, à ajouter de nouveaux cheminements dans les circuits neuraux de l'exocomp (dont la mémoire s'accroît en cours de tâche) et à interagir avec des objets réels. L'accès aux mécanismes internes du robot s'effectue par un panneau amovible situé en son sommet.

Comportement

Les exocomps se montrent capables de mener à bien des tâches tellesque la réparation de grilles d'alimentation ou le scellement de conduits de plasma. Au cours d'un test conduit par le Lieutenant Commander Data, un exocomp effectue à lui seul quatorze tâches en une heure. Il aurait fallu neuf heures à deux personnes pour accomplir une quantité de travail équivalente. Selon Data, le niveau de performance de l'exocomp est « excellent ».

Les trois exocomps expérimentaux créés par le Docteur Farallon s'avèrent encore plus réussis qu'elle ne s'y attendait. Il est fort possible qu'une part de ce succès revienne à l'étude poussée que Farallon a menée sur le réseau positronique de Data et au fait qu'elle a intégré aux exocomps certains concepts de base ayant présidé à la conception du cerveau de l'Androïde. Le Docteur Farallon reconnaît toutefois que ses robots sont beaucoup moins perfectionnés que Data.

Evolution

Les petits robots-outils enrichissent leur réseau neural à un point tel qu'ils cessent de répondre aux instructions du PADD de contrôle. Farallon, ne voyant là qu'un simple effet du hasard, efface le tout et remet l'exocomp au travail.

On finira cependant par se rendre compte que les cheminements supplémentaires traduisent peut-être un degré de sensibilité : les exocomps se sont mis à manifester un instinct de conservation.

Ils refusent par exemple d'entrer dans une zone où ils sont voués à une destruction certaine, ils font sauter leurs propres circuits d'interfaçage, surchargent le PADD de commande et reprogramment instantanément des ordres assurément meurtriers.

Les exocomps seront retirés du service après que l'un d'eux se soit sacrifié pour sauver les autres, le Docteur Farallon estimant alors qu'ils doivent être considérés comme des êtres vivants.


Star Trek
Ecrit par le
Sources :

Star Trek : Les dossiers officiels N°32

Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis


Commentaires

Facebook

Disqus

comments powered by Disqus