À la découverte de la série Doom Patrol

Il est indéniable de dire que les super-héros ont envahi le grand et le petit écran. Et si vous en avez un peu marre de ce genre et que vous souhaitez du renouveau et du surprenant, la série Doom Patrol est faite pour vous.

Écrit par le
Temps de lecture : 6 min

Il est indéniable de dire que les super-héros ont envahi le grand et le petit écran. Et si vous en avez un peu marre de ce genre et que vous souhaitez du renouveau et du surprenant, la série Doom Patrol est faite pour vous.

Imaginer une minute que quelques parts sur Terre, des hommes et femmes de tout genre à la vie tragique se retrouve ensemble dans un manoir, en convalescence après que la vie ne les ait pas épargnés. Des personnes détruites, sans plus aucune volonté et en plus avec des aptitudes loufoques comme le fait de se transformer en boue argileuse, ou d’avoir pas moins de 64 personnalités. Et cette bande de perdants va se retrouver au cœur d’une menace qui les dépasse et dont ils ne veulent même pas s’occuper, mais dont ils seront obligés d’accorder de l’importance par dépit. C’est un peu le résumé de la saison 1 de la série Doom Patrol dont la seconde saison est sortie en DVD le 17 mars dernier.

La première saison suit le destin tragique de Cliff Steele, incarné par Brendan Fraser, un pilote de course qui suite à un accident perd l’ensemble de son corps et se retrouve avec le cerveau conservé dans un corps robotique. Un peu à la manière de Robocop, mais sans aucun reste de son corps humain. Cet homme bon vivant qui adorait surtout le sexe se retrouve d’un coup privé de tout ce qu’il aimait dans la vie notamment de sa femme et de sa fille Clara. Coincé dans un corps qui n’est pas le sien et dans un manoir lugubre avec des gens qu’il ne connait ni d’Ève ni d’Adam, il se retrouvera rapidement pris dans un engrenage qu’il ne contrôle pas et qui aura des conséquences désastreuses sur sa vie, ses amis, mais surtout sur le monde qui l’entoure.

Image de Cliff Steele dans l'épisode pilote de la série Doom Patrol
Image de Robotman dans l'épisode pilote de la série Doom Patrol

S’il est vrai que la série est avant tout tirée d’un comics et qu’elle arbore les codes du Super-Héros, il est surtout question ici d’un véritable cheminement d’humour absurde comme aimait le faire Douglas Adams avec H2G2 ou encore Dirk Gently (disponible sur Netflix). Pour donner un exemple de la folie des scénaristes, imaginer un âne pétomane qui annonce la fin du monde en lâchant un gaz vert qui affiche le message du jugement dernier et vous aurez compris une infime portion de la folie qui règne dans la série. Car oui, ce n’est qu’un détail par rapport à ce que vous vous apprêtez à voir. Je vous le garantis.

Mais attention, si la saison est effectivement un ensemble de 15 épisodes à l’humour absurde, fou et dérangé, cette saison n’en reste pas moins un concentré de violence et d’insulte en tout genre à ne pas montrer à tout le monde. Elle est quand même interdite aux moins de 16 ans et à juste titre. Insulte, violence, sexe, et dans une moindre mesure hémoglobine est le quotidien des héros de la Doom Patrol.

Image de l'épisode pilote de la série Doom Patrol

Néanmoins, c’est surtout l’histoire tragique des personnages qui est au cœur de l’intrigue, des accidents qui les ont conduits à rejeter la société, à être vus comme des monstres. Mais c’est surtout d’une certaine façon une critique de notre monde actuel et du traitement médiatique et sociétal qui est réservé aux minorités et notamment à la communauté LGBT+ qui est traitée dans la série. Globalement, à toute personne ne rentrant pas dans le moule de la "normalité" sociétal.

Vous l’aurez compris, la série Doom Patrol parle d’un groupe hétéroclite de personnage brisé par la vie, toutes de fortes têtes qui se retrouvent à devoir affronter un danger dont ils n’ont aucune envie de s’occuper. Le tout avec des péripéties de plus en plus absurdes et dans un monde qui rejette l’anormalité. Tout un programme pour ses anti-héros qui n’aspiraient qu’à une seule chose : rester paisiblement dans le manoir Doom pour se faire oublier et vivre tranquillement pour le restant de leur jour.

Image de Larry Trenor dans l'épisode pilote de la série Doom Patrol
Image de Crazy Jane dans l'épisode pilote de la série Doom Patrol




Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis


Notre sélection d’achats pour vous

Commentaires

comments powered by Disqus