Le premier épisode de la série Westworld est une bombe !

Série Écrit par le

HBO vient de diffuser le tout premier épisode de leur nouvelle série -très attendue- Westworld, et voilà notre critique !
Attention : Risque de spoiler

Comme le synopsis l'indiquait, Westworld nous plonge dans un monde futuriste où les parcs d'attraction (qui pourraient très bien être réels d'ici quelques années!) sont en fait de véritables mondes virtuels, dans lesquels vous êtes plongés, pour vivre des aventures incroyables. Dans ce parc là, vous pouvez entrer dans le Far West américain, et affronter des bandits tels qu'Hector, rencontrer de jolies danseuses, ou même vous laisser guider par celui qui semble être le "héros", Teddy. Tous les personnages de l'histoire sont de simples robots, que l'on nomme des "hôtes", et rejouent incessamment divers scénarios dans un monde créé de toutes pièces. Même leurs chevaux et le bétail des cow-boys sont des machines, programmées selon de vrais animaux. Néanmoins, ces androïdes n'ont pas conscience d'être dans un monde virtuel, ni d'être des robots programmés, ce qui les rend sans doute plus réalistes. Mais, heureusement, ils n'ont pas le droit de toucher ou blesser les visiteurs du parc (ce qui est assez logique au final !).

Premières photos de Westworld

Le problème est qu'un jour, le concepteur des automates ajoute une mise à jour dans leur programme : des "rêveries". Alors qu'avant, les robots se contentaient de vivre, parler et agir en permanence, ils ont désormais des petits moments d'absence, de songe (comprendre : il leur arrive désormais d'être "dans la lune"). Or, cette mise à jour -qui est encore en test sur seulement 200 automates du parc- leur permet, inconsciemment, d'accéder aux souvenirs de leurs anciennes "existences" virtuelles, des autres scénarios qu'ils ont vécus. Aussi, certains prennent conscience qu'ils ne sont que des robots et sont destinés à rejouer interminablement les mêmes scénarios créés par des humains. De ce fait, les gérants du parc se dépêchent de déprogrammer tous les robots ayant eu conscience de ce qu'ils sont, et présentant des "bugs" trop importants. Malheureusement, l'un d'eux -celui qui semble le plus averti de sa condition puisqu'il parvient même à citer des oeuvres littéraires qu'il n'a pu connaître que dans d'autres scénarios- a dit à celle qui joue sa fille dans le scénario western, Dolores, ce qu'il savait. Elle est apparemment l'automate le plus ancien du parc, et, lorsque les programmeurs la questionnent sur ce qu'elle sait, elle dit seulement que son père lui a dit "Ces joies violentes ont des fins violentes" (qui est une citation de Roméo et Juliette), et affirme qu'elle ne leur a jamais menti. Néanmoins, à la fin de l'épisode, on remarque qu'elle est capable de sentir les mouches, puisqu'elle en écrase une sur sa peau (alors que depuis le début, les automates n'ont pas l'air d'avoir conscience de la présence des insectes, et ne s'en débarrassent jamais). Elle aurait donc retenu tout ce que son "père" lui a dit, et saurait quelle est sa condition, et l'absurdité de son existence.

Premières photos de Westworld

La série nous plonge dans un décor entre western et science-fiction, rendant parfaitement hommage aux deux genres. Niveau western, on retrouve tous les codes du genre, et on pourrait même croire qu'il y a, à Westworld, un bon (Teddy), une brute (l'homme en noir) et un truand (Hector). Les décors du Far West sont vraiment magnifiques, et les travelling, lorsque les protagonistes sont en plaine, nous rappellent aisément les westerns spaghettis de l'époque. Côté science fiction, nous restons pour le moment dans les bâtiments de Westworld, où directeur, programmeurs, scénaristes et actionnaires se côtoient chaque jour, au milieu des automates. Mais le monde extérieur a l'air brillant d'innovation, et nous avons déjà hâte d'en savoir plus sur notre supposé futur. Le scénario est bien rythmé et cohérent, les acteurs sont très convaicants aussi. La bande son est vraiment géniale, et, nous ne saurons décrire la scène d'attaque du saloon, sous fond de reprise de "Paint it Black" (des Rolling Stones), tant elle est extraordinaire.

En bref, un excellent début pour une série qui s'annonce très prometteuse. Si vous avez raté le début, nous vous conseillons de vous y plonger rapidement, car le second épisode sera diffusé dimanche prochain sur HBO !

Premières photos de Westworld


18/20
Les Plus
  • Une intrigue vraiment intéressante et fascinante, apportant de bonnes réflexions
  • Un grand hommage aux vieux westerns, et une très bonne bande son
  • Un bon casting, très convaincant !
Les moins
  • Rien à dire pour l'instant, nous attendons la suite !
Un très bon pilote pour une série qui s'annonce exceptionnelle !
Camillle

Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis


Mots-Clés : westworld, 2016, serie, hbo,

Commentaires

Facebook

Disqus

comments powered by Disqus