Pause Geek
Star Trek Sans limites - Bande Annonce VF
Star Trek Sans limites - Bande Annonce VF
Durée : 03:34
Editeur : Paramount Pictures
Trailer

Streaming gratuit
La nuit des morts-vivants[VF]
Site de LovinGeek.com

<h2>Les Showrunners de Game of Thrones, David Benioff et D.B. Weiss ont confirmé aujourd’hui que deux saisons supplémentaires verraient le jour avant la fin de la série, soit une saison 7 et 8 qui conclura l’histoire des sept couronnes de Westeros.</h2> <p>Après le final épique d’une saison 6 qui l’était tout autant, les fans de <a href="http://pausegeek.fr/fiches/127-game-of-thrones.geek">Game of Thrones</a> attendent impatiemment le commencement du nouvel arc narratif qui s’est instauré suite aux évènements qui se sont déroulés ses dernières semaines. Et pour conclure cette mythique saga et histoire comme il se doit, les deux showrunners <strong>David Benioff</strong> et <strong>D.B. Weiss</strong> ont annoncé qu’il ne restait plus que deux saisons avant la fin de la série de <strong>HBO</strong>, adapté des livres de <strong>George R.R. Martin</strong>. </p> <p>Deux saisons supplémentaires pour dévoiler le destin de <strong>Jon Snow</strong>, celui de <strong>Daenerys</strong>, des <strong>Lannister</strong> et des <strong>Stark</strong>, et voir enfin le grand affrontement entre <a href="http://pausegeek.fr/wiki-11-les-marcheurs-blancs.geek">les Marcheurs Blancs</a> et le peuple de <strong>Westeros</strong> parce que comme nous le savons, l’hiver ne vient plus, l’hiver est là et cela signifie l’arrivée en puissance du<strong> Roi de la Nuit</strong> qui va semer le chaos sur son passage, augmentant ainsi ses rangs. Plus que deux années avant de finalement dire au revoir à l’une des séries les plus captivantes de cette décennie. Une série qui aura tenu en haleine et déclenché toute sorte d’émotions aux fans du monde entier. </p> <p>{youtube}kffvWaYKsTw{/youtube}</p>

<h2>AMC annonce la mise en chantier d’une seconde saison pour la série Preacher adapté du comics éponyme de Garth Ennis et celle-ci possédera 13 épisodes.</h2> <p>Quand <strong>AMC</strong> lance une série TV, soucieuse de vouloir captivé une audience sans dépenser trop d’argent inutilement et ne pas laisser sa série se perdre dans la multitude de séries en cours de diffusion et faire un parcours aussi catastrophique que la série <a href="http://pausegeek.fr/fiches/479-constantine.geek">Constantine</a>, la chaîne américaine débute généralement sa première saison avec seulement six épisodes, lançant ainsi le récit et permettant de voir l’engouement du public. Ce fût le cas avec <a href="http://pausegeek.fr/fiches/41-the-walking-dead.geek">The Walking Dead</a>, <a href="http://pausegeek.fr/fiches/753-fear-the-walking-dead.geek">Fear The Walking Dead</a>. Composé de dix épisodes, la saison 1 de <a href="http://pausegeek.fr/fiches/1150-preacher.geek">Preacher</a> qui en est déjà à la moitié diffusée verra sa seconde saison augmentée de trois épisodes.</p> <p>C’est <strong>Charlie Collier</strong>, le président d’<strong>AMC</strong>, qui a annoncé hier que malgré les audiences qui stagnent à 3,3 millions de spectateurs en moyenne, ce qui est peu aux États-Unis, que <cite>Preacher est une émission de télévision spéciale et nous sommes impatients de partager avec les fans le reste de cette première saison et, maintenant, une deuxième saison élargie</cite>.</p> <p>Bonne nouvelle pour les fans de l’œuvre de <strong>Garth Ennis</strong>, produit par <strong>Seth Rogen</strong>, <strong>Evan Goldberg</strong>, <strong>Sam Caitlin</strong> et diffusé sur <strong>AMC</strong>. Êtes-vous content de l’annonce du président d’<strong>AMC</strong> et que pensez-vous de l’adaptation du comics ?</p> <p>{youtube}UNgI2sRzr8I{/youtube}</p>

<h2>The Witcher, un voyage merveilleux dans un univers magique, mais ravagé par la guerre.</h2> <p>L’histoire de <a href="http://pausegeek.fr/fiches/1168-the-witcher-3--wild-hunt.geek">The Witcher 3</a> fait suite à l’<a href="http://pausegeek.fr/fiches/457-the-witcher-2--assassins-of-kings.geek">épisode 2</a> dont les événements se greffent peu de temps après l’<a href="http://pausegeek.fr/fiches/456-the-witcher.geek">épisode 1</a> évidemment. De plus cette trilogie prend place après les livres, que je vous conseille vivement.</p> <p>Quand bien même la lecture des livres n’est pas nécessaire, il vous sera difficile de suivre l’histoire sans avoir fait les jeux vidéo précédents. Malgré tout, rien n’est perdu, en effet le jeu pourra vous résumer les grands événements passés au moyen des dialogues du jeu.</p> <p>Cela dit, les résumés sont très grossiers et vous risqueriez de passer à côté de détails significatifs, mais si vous êtes amateur d’histoire et background dans les jeux vidéo je vous recommande tout de même de faire les deux épisodes précédents avant de vous attaquer à celui-là.</p> <p>L’histoire en elle même se déroule dans différentes zones de l’univers de <strong>The Witcher</strong> comme <strong>Novigrad</strong> ou encore les <strong>îles Skellige</strong>. On y retrouve <strong>Geralt</strong> notre héros de toujours mandaté par l’empereur <strong>Nilfgaardien</strong> pour retrouver <strong>Cirilla</strong>, il n’en tiendra qu’à vous de choisir si vous la retrouvez pour le compte de l’empereur ou pour vous même.</p> <p>Comme vous vous en doutez le jeu vous propose tout au long de l’aventure de faire divers choix, parfois même sous la pression. La plupart de ces choix n’affecteront pas ou très peu le déroulement de la quête principale ou des missions annexes, cependant de certain d’entre d’eux découleront l’avenir de communautés ou de personnages parfois dans des proportions qu’un humain, ou dans ce cas un <strong>sorceleur</strong>, ne devrait pas décider.</p> <p>En bref, le jeu vous offre une histoire palpitante où vous serez un acteur majeur des événements, et pas seulement quelqu’un qui se contente de suivre un récit écrit d’avance sans réelle influence.</p> <figure><img src="img/photos/jv/jeu_video/the-witcher-3-2015/img2.jpg" alt="La crasse et la pauvreté d’une vraie ville médiévale" class="img-shadow"/><figcaption>La crasse et la pauvreté d’une vraie ville médiévale</figcaption></figure> <h3>Gameplay</h3> <p><a href="http://pausegeek.fr/fiches/1168-the-witcher-3--wild-hunt.geek">The Witcher 3</a> nous offre un gameplay aussi riche que varié grâce à un panel de compétences que vous pourrez débloquer tout au long de votre aventure au moyen de points gagnés soit par la montée de niveau soit par la découverte de certains lieux. Ces compétences que vous pouvez activer ou désactiver à n’importe quel moment sont ce qui rend ce jeu aussi intéressant. En effet en tant que bon <strong>sorceleur</strong> vous devrez vous adapter à la situation à laquelle vous risquez de faire face en utilisant les compétences adaptées.</p> <p>Heureusement, le gameplay du jeu ne s’arrête pas simplement à l’utilisation de simples compétences de combat. Dans <strong>The witcher 3</strong> vous devez évoluer en tant que véritable chasseur de monstres, c’est-à-dire que vous allez voir tous les aspects d’une véritable chasse aux monstres. Cela va de la négociation du contrat via un mini-jeu du type « le juste prix » en passant par l’enquête grâce à vos sens de sorceleur et se terminant par la préparation à la bataille et la mise à mort de la créature.</p> <figure><img src="img/photos/jv/jeu_video/the-witcher-3-2015/img3.jpg" alt="Combat monté contre des monstres" class="img-shadow"/><figcaption>Combat monté contre des monstres</figcaption></figure> <p>La chose la plus intéressante selon moi dans ce jeu est justement cette préparation au combat juste avant l’apparition d’une des créatures de tailles diverses et variées. Pour cela vous disposez, comme ceux qui connaissent l’univers doivent le savoir, d’un arsenal de potions et d’huiles pour épée en acier ou en argent à votre disposition.</p> <p>Ces objets vous devrez les fabriquer vous même grâce à l’alchimie avec des composants et des plantes que vous trouverez en forêt ou sur les cadavres de ceux qui ont osé se dresser sur votre route.</p> <p>La chose intéressante est que quand bien même le jeu n’est pas spécialement difficile au niveau de difficulté moyenne, à aucun moment il ne vous tiendra par la main. J’entends par là que les quêtes vous diront où vous rendre, mais jamais comment vous préparer. Ce sera à vous, en fonction des indices trouvés lors des enquêtes, de choisir les bonnes potions et huiles à utiliser.</p> <p>Ce choix de gameplay rend notre aventure encore plus immersive, car après un certain temps les habitudes s’installent et donnent l’impression d’être un véritable sorceleur du fait d’être capable de choisir les objets adaptés à la situation rapidement.</p> <p>Comme vous vous en doutez sûrement l’exploration est au cœur de ce jeu et c’est pour moi un aspect essentiel.</p> <p><strong>The Witcher 3</strong> nous offre un monde ouvert magnifique que vous pourrez explorer de long en large grâce à votre fidèle monture, j’ai nommé <strong>Ablette</strong>. Ainsi comme tout aventurier qui se respecte grâce aux tableaux d’affichage situés dans les villages vous serez à l’affût des diverses rumeurs dans la campagne profonde qui peuvent ou non vous guider vers des lieux qui recèlent un sublime trésor ou un monstre terrible.</p> <p>Malheureusement, ces phases d’explorations pourraient sembler répétitives à la longue pour ceux qui ne sont pas fans de ça. De plus comme tout cheval de jeu vidéo qui ce respecte, <strong>Ablette</strong> a tendance à ne pas respecter les lois de la physique ce qui est vite énervant.</p> <h3>Graphisme</h3> <p>Imaginez-vous en train de vous balader tranquillement dans une plaine parsemée par-ci par-là de quelques arbres solitaires quand tout à coup vous tombez nez à nez avec un charnier ou un arbre à pendus. Voilà ce qui vous attend parmi les environnements de <strong>The Witcher 3</strong>.</p> <p>Développé par les Polonais de chez <strong>CD projekt Red</strong> et utilisant le moteur graphique <strong>RedEngine 3</strong>, le jeu nous offre un monde ouvert imposant avec des environnements variés qui vont de la grande ville de type médiéval jusqu’à une magnifique, mais dangereuse archipel nordique.</p> <figure><img src="img/photos/jv/jeu_video/the-witcher-3-2015/img1.jpg" alt="De sublimes rayons de soleil au travers d’un feuillage" class="img-shadow"/><figcaption>De sublimes rayons de soleil au travers d’un feuillage</figcaption></figure> <p>Les graphismes en eux-mêmes sont à couper le souffle et on ne notera que quelques rares problèmes de texture ce qui est en soit un exploit pour un jeu de cette envergure.</p> <p>Malgré tout, vous pourrez croiser au détour de votre exploration une ou deux branches d’arbre passant au travers d’une battisse ce qui ne devrait en rien gêner votre expérience de joueur.</p> <p>Pour conclure sur cette partie graphisme <strong>The witcher 3</strong> saura vous enchanter simplement au moyen de sa météo et de son cycle jour/nuit, cycle qui influe sur la réalisation de certaines quêtes. En effet, le jeu nous offre de temps à autre une averse de pluie avec un vent puissant qui fait courber l’échine des arbres les plus grands ou encore un magnifique coucher de soleil agrémenté d’une petite bruine ce qui donne lieu à une scène tout à fait mélancolique.</p> <h3>Bande-son</h3> <p>Avez-vous déjà écouté une musique qui à l’instant même où vous fermez les yeux vous transporte dans un autre univers peuplé de créatures fantastiques ? Et bien avec <strong>The Witcher 3</strong> vous verrez que la plupart des musiques vous feront cet effet.</p> <p>Que ce soit la musique calme lors de vos balades dans les paysages enchanteurs ou les musiques un peu plus rythmées dans les phases d’action, la bande-son saura vous enchanter et vous donner l’impression de vivre l’aventure la plus inoubliable que vous n’ayez jamais vécut.</p> <p>Fait rare qu’il est important de noter c’est que certaines de ces musiques ont des paroles, cela donne selon moi une tout autre dimension aux chansons par rapport aux jeux vidéo qui d’ordinaire n’ont qu’une musique en fond. En effet du fait de ces simples paroles les musiques donnent la sensation d’être encore plus présentes ce qui rend l’immersion d’autant plus forte.</p> <p>De plus, ces chansons de type plus ou moins médiéval sont chantées dans diverses langues étrangères telles que l’écossais, ce qui donne l’impression qu’elles viennent d’un monde féérique.</p> <p>En conclusion, les musiques/chansons du jeu participent au maximum à l’immersion du joueur, car elles sont parfaitement en harmonie avec l’univers dans lequel le joueur évolue. Enfin, la transition entre musiques d’exploration et musique d’action est si fluide qu’on pourrait croire que c’est la même musique qui change juste au bon moment.</p> <h3>Conclusion</h3> <p>En conclusion <strong>The Witcher 3</strong>, et par extension, la trilogie complète, est un indispensable si vous êtes fan de RPG/action. Le jeu de base pourra vous occuper une bonne cinquantaine d’heures si vous décidez d’explorer le jeu entièrement, de plus deux extensions doubleront votre expérience de jeu pour une somme très modique et avec le jeu de base vous aurez aussi accès à une dizaine d’add-on gratuits.</p> <p>Je pense que ce jeu a les moyens de s’inscrire au fil du temps au panthéon des meilleurs jeux vidéo d’heroic-fantasy.</p> <p><div id="note-plus-moins"><div id="note">19<span style="font-size:12px;">/20</span></div> <div id="plus">Les Plus<ul> <li>Une histoire touchante</li> <li>Une carte immense</li> <li>Des choix qui importe</li> <li>Beaucoup de référence aux livres</li> <li>Des combats intense</li> </ul></div> <div id="moins">Les moins<ul> <li>Quelques bug de texture</li> <li>Un inventaire vite bordélique</li> </ul></div></div> <div id="critique-text-avatar"><div id="critique-text"> The Witcher 3 fait partie des rares jeux dont je me souviendrai toute ma vie, grâce à ce jeu j’ai découvert tout un univers dont je suis instantanément tombé amoureux. Pour moi ce jeu est le meilleur RPG jamais réalisé. Si vous êtes fan de ce style, foncez tête baissée et prenez ce jeu sans hésiter. </div> <div id="avatar"><img src="img/profils/avatar/robin.jpg" class="img-avatar"/> Robin</div></div></p>

<h2>Entre deux saisons de Arrow/Legends of tomorrow, les acteurs Brandon Routh et Caity Lotz ont jouer dans le film de sf indépendant 400 days produit par la chaîne Syfy. Nanar ou chef-d’œuvre ?</h2> <p>Pour son premier film, le réalisateur indépendant <strong>Matt Osterman</strong> réalise avec le soutient de la chaîne <strong>Syfy</strong>, productrice des séries <a href="http://pausegeek.fr/fiches/154-battlestar-galactica.geek">Battlestar Galactica</a>, <a href="http://pausegeek.fr/fiches/133-defiance.geek">Defiance</a>, <a href="http://pausegeek.fr/fiches/774-killjoys.geek">Killjoys</a>, <a href="http://pausegeek.fr/fiches/1139-hunters.geek">Hunters, </a>mais également des films a succès <a href="http://pausegeek.fr/fiches/375-sharknado-2.geek">Sharknado</a>, un film d’ambiance sur fond de SF saupoudrer d’un grand zeste de suspense. Parce que le suspense, c’est la pierre angulaire du film.</p> <p><a href="http://pausegeek.fr/fiches/1166-400-days.geek">400 days</a> raconte l’histoire d’un groupe d’astronaute envoyer en mission d’entraînement dans un bunker enterrer dans un champs dont le lieu est tenu secret. L’abri dans lequel ils sont représente l’intérieur d’une fusée qui servira pour un voyage spatial de 400 jours. Et alors que quelques semaines s’écoulent dans le « vaisseau » un terrible tremblement secoue la totalité de la carlingue entraînant la coupure des communications extérieure. Ne pouvant pas sortir avant les 400 jours de la mission, l’équipage du vaisseau croyant que tout ceci n’est qu’un exercice ne vont pas s’inquiéter jusqu’à ce que l’air vient a manqué et qu’un individu réussisse a pénétrer dans le vaisseau.</p> <figure><img src="img/photos/cine/film/400-days-2015//004.jpg" alt="Brandon Routh est un très bon acteur" class="img-shadow"/><figcaption>Brandon Routh est un très bon acteur qui n'a plus rien à prouver - © Syfy</figcaption></figure> <p>Le film de <strong>Matt Osterman</strong> mélange habilement le huit-clos claustrophobique avec l’espace restreint du vaisseau, mais également un tout autre effet de claustrophobie lorsque ceux-ci sortiront de leur vaisseau et ce grâce à la visibilité restreinte de la nuit. Il combine également un contraste blanc/noir avec le vaisseau et l’extérieur montrant ainsi une dualité entre le bien et le mal, la naïveté du moment et la réalité. Mais malheureusement, <strong>Osterman</strong> prend son temps pour instaurer ce climat de tension qui s’enchaîne trop subitement lorsque celui-ci doit atteindre son paroxysme. Ce manque de temps ralentit grandement le rythme du film qui partait pourtant sur de bonnes bases. Car le scénario, écrit également par <strong>Osterman</strong>, est intelligent, efficace et laisse le spectateur voir ce qu’il veut voir, car au final, la fin ouverte permet à chacun de voir ce qu’il veut voir. Pour les plus terres à terre, ils accepteront le final comme il est présenté, suite à un accident d’origine naturelle alors que d’autres, j’ai lu ce qui suit sur internet notamment sur des forums où les gens donnent leurs avis, tout ceci n’est qu’une machination et les sujets sont drogués ou manipulés par le gouvernement américain. Chacun se fait sa propre vision et c’est à la fois agréable, et désagréable. Agréable parce que chacun voit ce qu’il veut en fonction de sa sensibilité et de ses « croyances », mais à l’inverse parce que du coup c’est un sentiment d’inachevé qui peut se dégager au final pour ceux qui, comme moi, se sont mis à fond dedans et attendait le dénouement final avec impatience. Un peu comme <strong>Cloverfield</strong> en son temps.</p> <p>En somme, <strong>400 days</strong> est un très bon film de SF qui se laisser regarder, se laisse découvrir et permet de se divertir malgré son côté très sérieux qui se perd au final dans les méandres de son intrigue qui se veut sérieuse et épique, sans nous les montrer au final.</p> <p><div id="note-plus-moins"><div id="note">15<span style="font-size:12px;">/20</span></div> <div id="plus">Les Plus<ul> <li>Une histoire pleine de suspense</li> <li>Des acteurs très crédibles</li> <li>Un final explosif</li> </ul></div> <div id="moins">Les moins<ul> <li>Un début un peu mollasson</li> </ul></div></div> <div id="critique-text-avatar"><div id="critique-text"> Un très bon film de science-fiction qui permet à tout un chacun de comprendre l'histoire de Matt Osterman. Beaucoup de suspense pour néanmoins peu de réponse. </div> <div id="avatar"><img src="img/profils/avatar/37521e1d2f0789ab3cc7664e3dfdd420.jpg" class="img-avatar"/> Greg</div></div></p>

<h2>Annoncé mi-juin, le film live Tokyo Ghoul dévoile ses deux acteurs principaux qui incarneront Ken Kaneki et Toka Kirishima dans cette adaptation du manga culte de Sui Ishida.</h2> <p>Après les adaptations plus ou moins réussies de <strong>Death Note</strong>, de <strong>Gantz</strong> et de <a href="http://pausegeek.fr/fiches/600-lattaque-des-titans.geek">L’attaque des Titans</a> récemment au cinéma pour ne citer qu’eux, les adaptations live de manga/anime à succès continuent de tracer leur voie avec la sortie prochainement du film live tiré du manga culte de <strong>Sui Ishida</strong> : <a href="http://pausegeek.fr/fiches/996-tokyo-ghoul.geek">Tokyo Ghoul</a>.</p> <p>Et pour incarner les deux personnages principaux que sont <strong>Ken Kaneki</strong> et <strong>Toka Kirishima</strong>, c’est les acteurs japonais <strong>Masakata Kubota</strong> et <strong>Shimizu Fumika</strong> qui incarneront respectivement les deux personnages créé en 2011 et prépublié dans <strong>Young Jump</strong> au Japon et par <strong>Glénat</strong> en France.</p> <p><strong>Masakata Kubota</strong> est connu au japon notamment pour sa participation au film <strong>13 assassins</strong> du génial <strong>Takashi Miike</strong>, mais également pour son rôle de <strong>Light Yagami</strong> dans le drama <strong>Death Note</strong>, adapté de l’œuvre de <strong>Takeshi Obata</strong> et <strong>Tsugumi Ohba</strong>. <strong>Shimizu Fumika</strong> quant à elle est célèbre pour ses rôles dans la série <strong>Kamen Rider Fourze</strong> en 2011 ainsi que dans le film <strong>Hentai Kamen</strong>.</p> <figure><img src="img/news/film/acteur-tokyo-ghoul-live-ken-toka.jpg" alt="Les acteurs Masakata Kubota et Shimizu Fumika" class="img-shadow"/><figcaption>Les acteurs Masakata Kubota et Shimizu Fumika</figcaption></figure>

<h2>Adapté d’un jeu vidéo, Warcraft est le premier film d’une trilogie à voir le jour. Et comme toutes les adaptations de jeu au cinéma avons-nous à craindre le travail de Duncan Jones ?</h2> <p>Un monde se meurt. L’utilisation d’une magie très puissante, le felt, est à l’origine de la puissance de <strong>Gul'dan</strong>, le chef des <strong>Orcs</strong> et la destruction de leur terre, <strong>Draenor</strong>. Pour sauver son peuple, il décide d’ouvrir un portail vers <strong>Azeroth</strong> pour y installer ses guerriers. Mais rapidement, les humains se rebellent et une guerre éclate entre <strong>la Horde</strong> Orcs et les humains.</p> <p>Sous cette histoire que l’on pourrait croire simpliste, celle d’une planète semblable à la notre ou étant la notre et envahi par une force égale ou supérieure cherchant à nous exterminer pour prendre possession de notre Terre, se cache un film au scénario annonciateur d’un avenir plus intéressant. Il est vrai que sous le classicisme du scénario de ce premier volet se cache en réalité l’une des histoires les plus riches et complexes de l’histoire du jeu vidéo. Mais dans le film, si l’on n’est pas fan de la licence de <strong>Blizzard</strong> à l’origine, on ne s’en rend pas compte. C’est comme une copie du scénario d’<strong>Avatar</strong> avec des inconnus puissamment armé et gonflé de confiance en soi qui cherche à s’approprier une chose ne lui appartenant pas. Classique.</p> <figure><img src="img/photos/cine/film/warcraft-2016/002.jpg" alt="Gul'dan est le grand chef de la Horde" class="img-shadow"/><figcaption>Gul'dan est le grand chef de la Horde - © Legendary Pictures</figcaption></figure> <p>Mais la grande force du film repose avant tout sur le jeu de ses acteurs mené par <strong>Travis Fimmel</strong>, l’interprète de <strong>Ragnar Lothbrok</strong> dans la série <strong>Viking</strong>, <strong>Paula Patton</strong> qui incarne <strong>Garona Miorque</strong>, <strong>Ben Foster</strong>, <strong>Dominic Cooper</strong> qui joue le rôle de <strong>Jesse Custer</strong> dans la série <a href="http://pausegeek.fr/fiches/1150-preacher.geek">Preacher</a> et qui incarne ici le roi <strong>Llane Wrynn</strong>, <strong>Toby Kebbell</strong> qui jouait dans l’adaptation de <strong>Prince of Persia</strong>, <strong>Koba</strong> dans <a href="http://pausegeek.fr/fiches/2-la-planete-des-singes--laffrontement.geek">La planète des Singes : L’affrontement</a> ou plus récemment <strong>Fatalis</strong> dans le reboot des <a href="http://pausegeek.fr/fiches/525-les-4-fantastiques.geek">4 fantastiques</a> ainsi que <strong>Daniel Wu</strong> qui incarne avec brio le rôle de <strong>Gul’Dan</strong>.</p> <p>Mais sa force première c’est ses effets spéciaux. Confié à l’équipe d’ILM, à qui l’on doit les effets spéciaux de <a href="http://pausegeek.fr/fiches/325-star-wars-episode-iv--un-nouvel-espoir.geek">Star Wars</a>, <a href="http://pausegeek.fr/fiches/308-terminator.geek">Terminator</a>, <a href="http://pausegeek.fr/fiches/746-jurassic-park.geek">Jurassic Park</a>, <a href="http://pausegeek.fr/fiches/681-star-trek-3---la-recherche-de-spock.geek">Star Trek</a>, <a href="http://pausegeek.fr/fiches/630-retour-vers-le-futur.geek">Retour vers le Futur</a>, <a href="http://pausegeek.fr/fiches/463-spawn.geek">Spawn</a> et des centaines d’autres licences à succès chères à nos cœurs, <strong>Duncan Jones</strong> déclarait s’inspirer clairement de ceux du <a href="http://pausegeek.fr/fiches/62-le-seigneur-des-anneaux--la-communaute-de-lanneau.geek">Seigneur des Anneaux</a>, de <strong>La planète des Singes</strong> ou encore d’<strong>Avatar</strong>. Ben tient ! Et il serait crétin de dire que ce n’est pas super bien réalisé. Les effets spéciaux sont vraiment spectaculaires et on en vient même à se demander ce qui est réel et ce qui ne l’est pas. Les décors de <strong>Draenor</strong> et ceux d’<strong>Azeroth</strong> sont vraiment magnifiques et les scènes de bataille sont vraiment retentissantes et pleines de tensions et de magie. D’ailleurs en parlant de magie, les effets créer par les magiciens <strong>Medivh</strong> et <strong>Khadgar</strong> sont vraiment époustouflant et pourrait enfin nous donner un film <strong>Dragon Ball</strong> concret et top si ils exploitaient les effets spéciaux créer pour <a href="http://pausegeek.fr/fiches/956-warcraft-le-commencement.geek">Warcraft</a>.</p> <figure><img src="img/photos/cine/film/warcraft-2016/003.jpg" alt="Les effets de magie sont vraiment ahurissant !" class=""/><figcaption>Les effets de magie sont vraiment ahurissant - © Legendary Pictures</figcaption></figure> <p>L’un des points forts du film, c’est son accessibilité pour un large public. En effet, il ne faut pas avoir joué à <strong>World of Warcraft</strong> pour apprécier le film et ceux qui le font, apprécierons également les clins d’œil et les diverses références glisser à droite à gauche durant le film, le rendant ainsi intéressant aussi bien pour les fans que pour les novices.</p> <p>En somme, <a href="http://pausegeek.fr/fiches/956-warcraft-le-commencement.geek">Warcraft le commencement</a> porte bien son nom. Il est bel et bien un film annonçant le commencement d’une grande épopée d’<strong>heroic-fantasy</strong> qui devrait je l’espère, obtenir les mêmes titres de noblesse que la trilogie du <strong>Seigneur des Anneaux</strong> ou la même renommé que la licence vidéoludique. Le film lance une histoire, certes déjà vu et revu pour l’heure, mais qui devrait rapidement concurrencer <strong>Avatar</strong> si <strong>James Cameron</strong> se décide enfin à nous sortir sa suite !</p> <div id="note-plus-moins"><div id="note">18<span style="font-size:12px;">/20</span></div> <div id="plus">Les Plus<ul> <li>Les effets spéciaux spectaculaires</li> <li>Une histoire classique mais efficace</li> <li>Des personnages attachants</li> </ul></div> <div id="moins">Les moins<ul> <li>Peu de surprise</li> <li>Un rythme un peu plus lent par moment</li> </ul></div></div> <div id="critique-text-avatar"><div id="critique-text"> Warcraft : Le commencement est un excellent film si celui-ci est le point de départ d'une trilogie ou au moins d'une suite. Car pris à part, sans aucune histoire annexe, le film est d'un classique déconcertant qui ne miserais que sur ses effets spéciaux incroyable et divertissant qu'il faut voir au moins une fois dans sa vie. </div> <div id="avatar"><img src="img/profils/avatar/37521e1d2f0789ab3cc7664e3dfdd420.jpg" class="img-avatar"> Greg</div></div>

<p> </p> <h2>L’E3 2016 fût l’édition de la présentation de nombreux jeu vidéo qui promettent un avenir radieux pour l’industrie. Mais Ubisoft en profita pour se démarquer et dévoiler un making-of du film Assassin’s Creed qui sortira en décembre prochain.</h2> <p>Depuis <strong>Prince of Persia</strong>, les adaptations de jeux vidéo au cinéma se faisaient rares. Le début de l’année a pu donner naissance à <strong>Hardcore Henry</strong>, dont le projet du film (réalisé par Ilya Naishuller) était de baser un long métrage sur le mode du jeu vidéo, avec la caméra à la première personne, mais le succès n’a pas vraiment été au rendez-vous, malgré l’originalité et le côté inédit de l’œuvre. Or, le mois de décembre risque d’être riche en émotions avec la sortie du très attendu <a href="http://pausegeek.fr/fiches/808-assassins-creed.geek">Assassin’s Creed</a>, issu du jeu éponyme. Le long métrage promet d’être une suite logique du jeu, loin d’être une adaptation indépendante, et donc d’intéresser nombre de fans de la célèbre franchise. </p> <p>Le film est réalisé par <strong>Justin Kurzel</strong> (MacBeth, Les crimes de Snowtown), pour qui le genre science-fiction/action est une première, produit par <strong>Ubisoft Motion Pictures</strong>, et distribué par <strong>20th Century Fox</strong>. Le comédien <strong>Michael Fassbender</strong> (faut-il encore rappeler qu’il joue le merveilleux <strong>Magneto</strong> ?) jouera le rôle principal, et la réplique lui sera donnée par <strong>Marion Cotillard</strong>, qu’on ne présente plus. L’acteur de <a href="http://pausegeek.fr/fiches/733-x-men--le-commencement.geek">X-Men</a> n’a pas eu de mal à tourner les scènes d’actions et les cascades, car ses rôles dans <strong>300</strong> (2006), <strong>Centurion</strong> (2010) ou encore <a href="http://pausegeek.fr/fiches/63-prometheus.geek">Prometheus</a> (2012) ont fait de lui un féru de sports. Mais le casting compte également <strong>Michael K. Williams</strong> (Triple 9, <a href="http://pausegeek.fr/fiches/277-robocop.geek">Robocop</a>, Infiltré), <strong>Ariane Labed</strong> (Love Island, La chambre interdite), <strong>Jeremy Irons</strong> (<a href="http://pausegeek.fr/fiches/966-batman-v-superman--laube-de-la-justice.geek">Batman vs Superman</a>, L’Homme au masque de fer) et <strong>Brian Gleeson</strong> (L’aigle de la 9ème légion, <strong>Blanche Neige et le chasseur</strong>). </p> <p>Les scènes extérieures ont été tournées sur l’île de Malte, et les scènes intérieures dans les <strong>studios Pinewood</strong>, en Angleterre. Les effets spéciaux sont gérés par les studios <strong>Ubisoft</strong> eux-mêmes, ce qui nous promet des scènes d’action à couper le souffle, et sans doute une attache au jeu très assumée (et non dérangeante, si elle est bien gérée !).</p> <p>Je ne sais pas vous, mais j’ai vraiment hâte d’être en hiver, tout d’un coup. Je pense que ce sera deux heures de longue haleine !</p> <p>{youtube}VUFKJoCJ3Mc{/youtube}</p>

<h2>À l’occasion de l’E3, l’éditeur Respawn Entertainment a annoncé que tout le contenu additionnel du jeu Titanfall 2 serait gratuit.</h2> <p><strong>Vince Zampella</strong>, co-fondateur de <strong>Respawn Entertainment</strong> a effectivement annoncer « Nous donnons toutes les cartes et modes » puis a ajouté « nous ne voulons pas diviser la communauté. Nous voulons offrir du contenu post-lancement, car les gens en veulent, mais ce n’est pas gratuit à développer » a-t-il dit.</p> <p>Et cette nouvelle va faire beaucoup d’heureux. En effet, le fait de pouvoirs acquérir de nouvel maps et items gratuitement va rajouter de l’attrait au jeu et va permettre aux joueurs qui n’ont pas énormément de moyens de profiter pleinement de <strong>Titanfall 2</strong> sans ce soucier du côté onéreux du système de DLC.</p> <p>On espère en tout cas que cette stratégie va permettre au jeu d’accroître sa durée de vie et de toucher un plus large public que pour le premier opus, et que d’autres licences suivront le même exemple. Car il se pourrait bien que cette annonce marque une révolution et un tournant dans l’histoire du jeu vidéo et change la façon de le vendre.</p> <p>{youtube}hJ1r2f1Jv0Y{/youtube}</p>

<h2>Après le succès connu avec Preacher et avant celui de The Boys, Garth Ennis nous proposait une œuvre violente montrant les dérives de l’humanité dans les deux premiers tomes de Crossed.</h2> <p>En 2011, en pleine effervescence suite à la diffusion de <a href="http://pausegeek.fr/fiches/41-the-walking-dead.geek">The Walking Dead</a> qui fêtait sa première année de diffusion, <strong>Garth Ennis</strong> profite de l’occasion pour livrer une œuvre à la fois singulière et violente : <a href="http://pausegeek.fr/fiches/1143-crossed.geek">Crossed</a>.</p> <p>Elle nous montre le quotidien d’une bande de survivants qui luttent au jour le jour contre une bande d’infectes bien singulier, prêta tout pour faire preuve de violence en torturant, violant et en tuant tout le monde. Mais à l’instar des <strong>zombies</strong> ou des infectes de <a href="http://pausegeek.fr/fiches/1148-28-jours-plus-tard.geek">28 jours plus tard</a>, ceux de <strong>Crossed</strong> sont conscient de leurs actes et prennent un malin plaisir a faire ce qu’ils font. Et ils sont intelligents. Ils comprennent le monde dans lequel ils vivent et s’adaptent, développant des stratégies pour tuer les survivants. Et si ils passent une trop grande partie de leur temps sans tuer personne, ils se mutilent ou se tuent entre eux. Mais toujours avec le sourire.</p> <p>L’œuvre de <strong>Garth Ennis</strong> vous l’aurez compris, est violente, dérangeante, pleine de gore et de situations complètement folles qui nous dépasse totalement. Elle est unique en son genre et son scénario est vraiment intelligent. Les situations oscillent entre violence gratuite et violence intelligente qui ensemble se complète parfaitement et font de <strong>Crossed</strong> un récit qui prend du galon au fil des pages. Quant aux dessins de <strong>Jacen Burrows</strong>, ils sont vraiment magnifiques et subliment le travail scénaristique de <strong>Garth Ennis</strong>.</p> <figure><img src="img/photos/litterature/bd/crossed-2011/tome-1/crossed-extrait.jpg" alt="La violence et le viol sont monnaie courante dans le monde de Crossed" class="img-shadow"/><figcaption>La violence et le viol sont monnaie courante dans le monde de Crossed - © Milady</figcaption></figure> <p>Mais dans le second tome, les choses se calment. Les <strong>infectés</strong> sont beaucoup moins présents malgré le fait que l’on n’oublie jamais qu’ils sont bien là, tapie quelques parts prêt à bondir sur nos survivants. C’est le changement de personnalité qui est traité dans ce second tome suite à « l’extinction » de l’humanité. Comment les gens ont évolué en bien ou en mal pour survivre. Le genre de question déjà vu et revu notamment pour les fans de <strong>The Walking Dead</strong>, mais qui reste essentiel pour instaurer un climax et une continuité logique. On ne peut pas être témoin des pires atrocités, menacer de mort au jour le jour sans changer de façon d’être. C’est indéniable. Et le lecteur évolue également en même temps que les personnages. Dans le premier tome, on est choqué, dérangé par toute cette violence et bien que l’on ait tué personnes entre les deux, on s’est fait à toute cette inhumanité qui ne nous choque plus dans la suite des évènements et l’on comprend parfaitement les choix souvent difficiles que font les personnages.</p> <p><strong>Garth Ennis</strong> et <strong>Jacen Burrows</strong> nous livrent donc un récit, dans ses deux premiers tomes de la licence, sans concessions, violent, dérangeant, mais à la fois humain et optimiste via ses personnages et leur psychologie. </p> <div id="note-plus-moins"><div id="note">18<span style="font-size:12px;">/20</span></div> <div id="plus">Les Plus<ul> <li>Les dessins de Jacen Burrows</li> <li>Une histoire complètement atroce et intelligente</li> <li>Des personnages attachants</li> </ul></div> <div id="moins">Les moins<ul> <li>Une violence exacerbante dans le premier tome</li> <li>Un rythme un peu plus lent pour le second</li> </ul></div></div> <div id="critique-text-avatar"><div id="critique-text"> Les deux premiers tomes de Crossed sont des œuvres cultes qui resteront dans les annales et les piliers fondateurs d’une licence à succès qu’il est indispensable de lire. </div> <div id="avatar"><img src="img/profils/avatar/37521e1d2f0789ab3cc7664e3dfdd420.jpg" class="img-avatar"> Greg</div></div>

<h2>Qui ne serait pas tenté de replonger dans les mondes incroyables et magiques de son enfance ?</h2> <p>Toute la ville est en émoi : le château ambulant, demeure du sorcier Hurle, parcourt les plaines alentours. Les rumeurs le décrivent comme un être monstrueux, il séduirait les jeunes filles et mangerait leur cœur. Mais Sophie Hatter ne s’en inquiète pas. La jeune fille est résignée à son destin – ou malédiction – d’aînée la condamnant à n’avoir d’autre choix dans la vie que de reprendre l’entreprise familiale. De plus, le terrible Hurle n’aime que la beauté, et des trois sœurs, Sophie ne pense pas être la plus jolie. Jusqu’au jour où, pour ce qui semble être un malentendu, la sorcière des Landes jette un mauvais sort à Sophie. Celle-ci se retrouve dans le corps d’une femme très âgée, et se voit obligée de fuir. Elle trouvera alors refuge au château ambulant et apprendra à vivre différemment auprès de ses habitants. Il est alors temps de découvrir la vérité sur Hurle, sur un complot d’une impressionnante ampleur, mais également sur ce que le destin réserve à Sophie.</p> <p>Pour les amoureux de <strong>Miyazaki</strong>, voici le livre qui a inspiré <strong>Hayao</strong> pour son « <a href="http://pausegeek.fr/fiches/562-le-chateau-ambulant.geek">Château Ambulant</a> ». Pour les amoureux de mondes magiques, voici un chef d’œuvre dont l’auteur est trop peu connue à mon goût ! Si l’anime des <strong>studios Ghibli</strong> est incontestablement formidable, le livre vaut tout autant la peine. Et je vous arrête tout de suite, même en ayant vu le « <strong>Château ambulant</strong> » 10 fois (croyez-en mon expérience), le « Château de Hurle » ne peut que vous surprendre : <strong>Miyazaki</strong> n’a pas hésité à manipuler l’histoire de telle sorte que son univers et celui de <strong>Diana Wynne Jones</strong> fusionnent de manière extraordinaire. Ainsi, si le fond et les personnages restent les mêmes, les aventures et leur dénouement varient délicieusement. <strong>Diana Wynne Jones</strong> elle-même saluera le travail de <strong>Miyazaki</strong>.</p> <figure><img src="img/photos/cine/film/chateau-ambulant-2004/006.jpg" alt="Le château ambulant est une adaptation de l'oeuvre de Diana Wynne Jones" class="img-shadow"/><figcaption>Le château ambulant est une adaptation de l'oeuvre de Diana Wynne Jones</figcaption></figure> <p>Faut-il encore vous convaincre ? Parfait ; j’ai parfois du mal à comprendre comment un livre, fait de pages blanches et d’encre noire, peut laisser des souvenirs si colorés et vivants. Si le style est enfantin et parfois naïf, le fond est indéniablement universel. Les protagonistes sont extraordinaires (Hauru, alias Hurle, sera toujours l’amour de ma vie), et chaque scène passionnante. Plus personnellement, c’est un des livres qui me touchent le plus. Je vous laisse, je retourne le lire une 4ème fois !</p> <div id="note-plus-moins"><div id="note">19<span style="font-size:12px;">/20</span></div> <div id="plus">Les Plus<ul> <li>l’histoire est « vivante et colorée » (pour ne pas me répéter !), rien de mieux pour égayer le quotidien.</li> <li>Les personnages sont très attachants et malgré le côté décalé, il est vite facile de s’identifier à eux. Il y a une vraie résonance avec le lecteur.</li> <li>Les aventures et le dénouement sont vraiment intéressants et loin d’être décevants !</li> </ul></div> <div id="moins">Les moins<ul> <li>Diana Wynne Jones est une auteure de livre pour enfants, et cela se ressent forcément dans le style d’écriture.</li> <li>L’absurde est parfaitement assumé, mais il peut ne pas convenir à tout le monde</li> <li>Pour ceux qui souhaiterais le lire en langue originelle, le vocabulaire est abondant et parfois « biscornu », ce qui correspond au style absurde, mais peut parfois ralentir la lecture, surtout lors des descriptions. Je ne sais pas ce que cela donne en français (n’hésitez pas à compléter sur ce point en commentaires !) cependant. </li> </ul></div></div> <div id="critique-text-avatar"><div id="critique-text"> En conclusion, c’est un véritable petit voyage au pays imaginaire alliant simplicité enfantine et aventures romanesques ! </div> <div id="avatar"><img src="img/profils/avatar/81165e5d6e10cc372f19a34ef3c668b1.jpg" class="img-avatar"> Julie</div></div>

<h2>Le Roi de la Nuit est rapidement devenu un personnage culte de la licence Game of Thrones après son arrivé dans la saison 5 et l’épisode Hardhome. Et pour rendre hommage à ce personnage, l’artiste Valeriano Fatica a sculpté la tête du personnage... dans une pastèque.</h2> <p>Fan de l’œuvre de <strong>George R.R. Martin</strong>, l’artiste italien <a href="https://www.youtube.com/channel/UCP-ZKRxK4ungLh0tuTmkJRg" target="_blank">Valeriano Fatica</a> a décidé de rendre un hommage à <a href="http://pausegeek.fr/fiches/127-game-of-thrones.geek">Game of Thrones</a> en sculptant la tête du <strong>Roi de la Nuit</strong>, personnages culte depuis la bataille de <strong>Durlieu</strong> dans la saison 5 de <strong>Game of Thrones</strong> et au cœur de nombreuses légendes. Après pas moins de 18 heures de travail, le résultat est littéralement bluffant de réalisme et vraiment flippant. Il suffit de regarder les yeux de cette <strong>pastèque</strong> pour se rendre compte du talent immense de l’artiste qui a su reproduire à la perfection le travail des artistes maquilleurs de <strong>Game of Thrones</strong> et les traits de l’acteur <strong>Richard Blake</strong> qui incarne le personnage. </p> <p>Et en y regardant de plus près, je le trouve même plus réaliste que dans la série !</p> <figure><img src="img/photos/serie/serie/game-of-thrones-2011/s5/ep8/001.jpg" alt="Le Roi de la nuit dans Game of Thrones" class="img-shadow"/><figcaption>Le Roi de la nuit dans Game of Thrones - © HBO</figcaption></figure> <p>Rêvant de devenir mangaka et ayant été formé aux beaux-arts en Italie, <strong>Valeriano Fatica</strong> s’est découvert une passion pour la sculpture avant de finalement commencer à travailler dans le restaurant de sa famille « <strong>La Roccia</strong> » et de s’entraîner sur des pastèques. Sur les conseils de ses proches, il décidera de créer sa chaîne YouTube pour exposer ses créations. </p> <p>Qu’en pensez-vous ? Difficile de manger cette pastèque après avoir passé autant de temps à travailler dessus.</p> <p>{youtube}lYygXxbFyRQ{/youtube}</p>

<h2>Le jeu développé par ID software filiale de Bethesda tente de donner un second souffle au moyen d’un reboot à la mythique série DOOM. Voyons ensemble si ce FPS sera un peu plus qu’une simple réédition du jeu de 1993.</h2> <h3>Gameplay</h3> <p><strong>DOOM</strong> possède un gameplay tout ce qu’il y a de plus basique. Est-ce en soi une mauvaise chose ? Non. Dans <strong>DOOM</strong> on ce contente d’avancer dans des couloirs suivis de grandes salles où l’on comprend vite que l’on va avoir à faire à une horde de démons déchaînes plus horribles les uns que les autres, avec quelques « pouvoirs » cachés dans les coins pour nous aider à en venir à bout.</p> <p>Cela peut sembler vite lassant et je suis d’accord avec ça, malgré tout je pense qu’il ne faut pas voir ce jeu comme une nouveauté sortie de nulle part, mais bel et bien comme ce qu’il est, c’est à dire : un remake de <strong>DOOM</strong>. En cela le jeu est vraiment une réussite, car on y retrouve tout ce qui faisait le tout premier opus. Que ce soit par le bestiaire qui est exactement le même, ou simplement le fait de devoir trouver la clef bleue qui ouvre la porte bleue derrière laquelle on trouve une clef jaune qui... vous connaissez la suite.</p> <p>Et pour tous ceux qui sont fanas d’exploration comme moi le jeu ne vous laissera pas de côté. En effet il regorge de zones cachées qui, bien que certaines soient réellement bien planquées, ne sont malheureusement pas un réel défi, car le nombre restant à trouver et le fait que les objets s’affichent sur la carte facilitent grandement la tâche.</p> <figure><img src="img/photos/jv/jeu_video/doom-2016/critique/001.jpg" alt="Magnifique bâtiment de recherche vu de l’extérieur." class="img-shadow"/><figcaption>Magnifique bâtiment de recherche vu de l’extérieur - © Bethesda</figcaption></figure> <p>Malgré cela <strong>DOOM</strong> nous propose deux ou trois nouvelles idées par rapport aux anciens jeux de la série. Par exemple le double saut qui n’est pas très utile en combat, mais qui offre de sympathiques phases de plateforme notamment pour la recherche de secrets, les <strong>glory kill</strong> qui permettent de récupérer de la santé en tuant de façon horrible, ou encore un système « d’expérience » avec quelques compétences plus ou moins utiles.</p> <p>En conclusion je dirai que le <strong>gameplay</strong> fait très « old school », le jeu n’innove en rien vis-à-vis d’autres jeux du même genre. Néanmoins, les phases de combat sont très nerveuses et une fois la bataille commencée vous n’aurez aucune pause jusqu’à que tous les ennemis présents soient six pieds sous terre.</p> <h3>Graphisme</h3> <p><strong>DOOM</strong> est le premier jeu à avoir été développé avec le moteur graphique d’<strong>ID Software</strong>, à savoir l’<strong>ID Tech 6</strong>. Le jeu met en scène de sublimes décors sur la planète rouge et dans les laboratoires de recherche.</p> <p>Au final pas grand chose à dire sur les graphismes, ils sont magnifiques et les environnements retranscrivent parfaitement l’ambiance horrifique, mais pas effrayante (ce n’est pas un jeu d’horreur) qui font tout l’univers de <strong>DOOM</strong>.</p> <p>Malheureusement une aussi belle qualité d’image ne vient pas sans prix. Effectivement pour pouvoir faire tourner le jeu il vous faudra avoir un minimum de matos dans votre machine et je parle juste de le lancer. Si vous souhaitez voir le jeu à pleine capacité il vous faudra soit un PC plutôt puissant soit avoir une console de salon.</p> <p>Pour finir la réalisation du jeu est vraiment une réussite, aucune texture baveuse ou de bug apparent et des monstres magnifiquement horribles. Attention tout de même si vous êtes du genre à chercher par tout les moyens possibles de casser le jeu vous risquez d’y arriver. Comme vous le savez peut être les jeux développer par <strong>Bethesda</strong> on tendance, malgré un excellent développement, à vous laissez sortir des limites si vous leurs cherchez trop des noises.</p> <figure><img src="img/photos/jv/jeu_video/doom-2016/critique/002.jpg" alt="Examen dentaire, ouvrez grand la bouche svp." class="img-shadow"/><figcaption>Examen dentaire, ouvrez grand la bouche svp - © Bethesda</figcaption></figure> <h3>Bande son</h3> <p>L’ambiance musicale du jeu ne dénote pas avec ce qui ce passe à l’écran, lors des phases de combat on nous offre une musique rapide et nerveuse très stimulante ce qui rend les combats d’autant plus épiques. Le choix logique d’une musique métal/electro lors des affrontements contre les démons nous donne une impression agréable de toute puissance et des affrontements hyperactifs.</p> <p>La bande son entre les combats est tout aussi intéressante. Les choix des musiques/sons d’ambiance agrémentés des messages de la station de recherche à la morale douteuse diffusée en boucle nous donnent une atmosphère oppressante des plus agréable.</p> <p>Quant aux autres bruitages on retiendra surtout les sons dégueulasses qui sortent des démons lorsqu’on les exploses en plein de petits morceaux qui sont tout à fait satisfaisants à l’oreille.</p> <h3>Histoire</h3> <p>Oui <strong>DOOM</strong> possède une histoire malgré tout. Elle est totalement anecdotique et plutôt inutile au jeu en lui même à part pour justifier la navigation entre les niveaux. On le sait tous si on joue à ce jeu c’est pour éclater des démons à la chaine sans ce poser de question. Malgré tout elle sait s’intégrer au jeu avec seulement quelques rares temps morts qui mettent l’action en pause pendant de (trop ?) longues minutes.</p> <p>L’histoire en elle-même n’a rien d’original, mais elle pourra peut-être vous surprendre de ses légers rebondissements pas vraiment inattendus qui surviennent au fur et à mesure de votre aventure.</p> <p>Enfin si vous êtes comme moi quelqu’un qui cherche une justification à tout et n’importe quoi vous pourrez vous perdre dans la lecture de la base de données qui se débloque au moyen de datapad trouvé au cours de votre exploration. Elle est très détaillée et donne des informations sur tous les personnages, monstres et lieux de la station martienne.</p> <figure><img src="img/photos/jv/jeu_video/doom-2016/critique/003.jpg" alt="BFG, le meilleur ami des démons." class="img-shadow"/><figcaption>BFG, le meilleur ami des démons - © Bethesda</figcaption></figure> <h3>Conclusion</h3> <p>En conclusion je dirai que <strong>DOOM</strong> est un <strong>FPS</strong> correct. Effectivement malgré certaines éloges que j’ai pu faire et même si c’est un très bon jeu il n’a rien de vraiment particulier. Avec une durée de vie d’une quinzaine d’heures plus 15 minutes de multi avant de réaliser qu’il est inintéressant, vous pouvez passer un agréable moment avec ce jeu.</p> <p>Cela dit je pense que ce jeu est principalement adressé aux personnes ayant joué et apprécié le tout premier opus de 1993. En effet le jeu en lui même est une grosse référence aux vieux épisodes et il perd de son intérêt si vous n’y avez pas joué, vous risqueriez de passer à côté de certaines références qui sont l’essence de ce reboot.</p> <p>Malgré cela, même si vous n’avez jamais joué au premier <strong>DOOM</strong> et que vous êtes en manque de <strong>FPS</strong> nerveux <strong>old school</strong> alors ce jeu est fait pour vous, car sans être excellent il reste sympathique.</p> <div id="note-plus-moins"><div id="note">15<span style="font-size:12px;">/20</span></div> <div id="plus">Les Plus<ul> <li>On retrouve notre ancien jeu adoré</li> <li>Un arsenal conséquent</li> <li>Plein de secrets à trouver</li> <li>Un level design labyrinthique à souhait</li> <li>Le bestiaire</li> </ul></div> <div id="moins">Les moins<ul> <li>Certains passages de long dialogue</li> <li>Ce même arsenal trop classique</li> </ul></div></div> <div id="critique-text-avatar"><div id="critique-text"> DOOM nous rappel ces doux moments où nous massacrions des démons à la pelle après l’école, si vous êtes un fan de la première heure de DOOM vous pouvez l’acheter la conscience tranquille. En revanche si vous êtes juste fan de FPS attendez une promo, le jeu vaux le coup, mais peut-être pas au prix proposé. Et pour tous ceux qui aime le multi, passez votre chemin il n’y a rien ici pour vous que la déception. </div> <div id="avatar"><img src="img/profils/avatar/robin.jpg" class="img-avatar"> Robin</div></div>

Suivez-nous sur
  • Facebook: PauseGeek.fr
  • Twitter: PauseGeek
  • Google+: +PauseGeekfr
  • YouTube: ThePauseGeek
La selec' de Tortue Géniale
Geek de la semaine 26
Culture Geek
Un mod Retour vers le Futur pour GTA
Ecrit par Greg, le 12/02/2016 à 12:52

Fan de Retour vers le Futur et de GTA, réjouissez-vous. Si vous êtes joueur PC, il vous sera possible de ...
lire la suite
Culture JV
Articles
Un making-of pour Assassin's Creed le film dévoil
Ecrit par Camille, le 23/06/2016 à 19:35

L’E3 2016 fût l’édition de la présentation de nombreux jeu vidéo qui promettent un av...
lire la suite
Film
Cuisine
Ragout d'agneau des nains avec Lembas
Ecrit par Doudou, le 01/10/2015 à 12:48

Tout d'abord faire revenir la viande mettez d'huile d'olive dans une poêle sur le feu déposez le...
lire la suite
Plat chaud
Goodies
Un ensemble de goodies Game of Thrones indispensab
Ecrit par Greg, le 16/05/2016 à 14:57

Envie de passer un agréable moment entre amis ou en famille ? Alors ce Monopoly Game of Thrones est fait p...
lire la suite
Goodies

Les dernières fiches ajouté
Marvel : L’art de John Romita Jr Marvel Icons : X-Men (2016) Marvel Dark : X-Men - Genèse mortelle Dead of Summer The Witcher 3 : Wild Hunt The Witch 400 Days Ouija : Les origines Titanfall 2 Justice League The Magicians Le château de Hurle Hitori no Shita : The outcast Doom Titanfall

Les dernières critiques
The Witcher 3 : la référence du RPG

Ecrit par Robin

Le 30/06/2016 à 17:44

400 Days : entre science-fiction post-apocalyptique et thriller complotiste

Ecrit par Greg

Le 28/06/2016 à 21:43

Critique de Warcraft : Le commencement : Pour l'Alliance !

Ecrit par Greg

Le 23/06/2016 à 23:22

Les derniers évènement
Animasia 2015

Conventions

Le 10/10/2015

Nuit de la peur 2015

Soirees

Le 17/10/2015

Savoie Retro Games Festival 2015

Festivals

Le 10/10/2015

Les sorties de la semaine
icons